Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt

Agreste

La statistique, l'évaluation et la prospective agricole

Accueil > Enquêtes > Entreprises agroalimentaires > Statistiques structurelles sur les entreprises agroalimentaires

Statistiques structurelles sur les entreprises agroalimentaires

Envoyer à un ami
Imprimer la page
s'abonner aux flux RSS
ÉSANE (Élaboration des Statistiques Annuelles d’Entreprises) propose chaque année une photographie de la population des unités productives. Ces unités sont constituées des unités légales (sociétés, entreprises individuelles, parties d’administrations publiques et certaines associations) mais aussi des unités « profilées » regroupant des unités légales en forte interaction au sein de grands groupes de plus de 10 000 salariés. A ce jour, il existe 4 unités profilées regroupant 145 unités légales sur le champ « IAA » et 2 regroupant 3 unités légales sur le champ « Commerce de gros ».

Les résultats s’articulent autour de 7 rubriques de diffusion :

Les rubriques 1, 2, 3 et 4 décrivent les unités selon leur secteur d’appartenance, le secteur étant défini par l’activité principale de l’unité :

- Les rubriques 1 et 2 sont déclinées selon deux séries : une première sur la période 2009-2013 correspond aux seules unités légales, la seconde sur la période 2012-2014 somme les unités légales non prises en compte dans le profilage et les unités profilées. Cette seconde série constitue un premier pas vers la démographie d’entreprises au sens du décret 2008-1354.

- Les rubriques 3 et 4 décrivent les seules unités légales.

- La cinquième rubrique (5) concerne les branches d’activités des unités légales.

- La sixième rubrique (6) décrit les « entreprises » au sens du décret 2008-1354.

- La dernière rubrique (7) décrit les unités légales du secteur coopératif, défini ici comme la somme des unités légales de statut coopératif des secteur des IAA et du commerce de gros des IAA et de l’ensemble de leurs filiales, de statut privé ou coopératif, quelque soit le secteur d’appartenance

1 - Chiffres-clés
2 - Données détaillées
3 - Données régionales sur les unités légales
4 - Fiches sectorielles sur les unités légales
5 - Les branches d’activité des unités légales
6 - Résultats sur les entreprises au sens du décret 2008-1354
7 - Principales caractéristiques du périmètre coopératif


Chiffres-clés Retour sommaire

Résultats définitifs 2014

Chiffres clés
Les chiffres clés rassemblent 12 indicateurs (dont nombre d’unités légales et profilées, effectifs, chiffre d’affaires, valeur ajoutée, frais de personnel, excédent brut d’exploitation, capacité d’autofinancement, résultat, investissements) consultables sur la nomenclature d’activité (NAF rév. 2) agrégée au niveau division et au niveau groupe et selon quatre modalités de tranches d’effectifs salariés.

Données détaillées Retour sommaire

Données détaillées de 2009 à 2014
Les données détaillées sont présentées sous la forme de plusieurs fichiers exploitables sur tableur sur les six thèmes suivants : principales caractéristiques, emploi, compte de résultat, bilan, investissement, divers ratios comptables disponibles au niveau le plus fin des secteurs (plus de 650 sous-classes) et au niveau groupe croisé avec la tranche d’effectifs salariés.

Chaque variable est proposée sur un niveau de nomenclature d’activité fin selon la tranche d’effectif des unités légales.
Données détaillées sur les établissements
CLAP (Connaissance Locale de l’Appareil Productif) est un système d’information alimenté par différentes sources dont l’objectif est de fournir des statistiques localisées au lieu de travail jusqu’au niveau communal, sur l’emploi salarié et les rémunérations pour les différentes activités des secteurs marchand et non marchand. Le référentiel d’entreprises et d’établissements est constitué à partir du Répertoire national des entreprises et des établissements (Sirene).
Les données sur l’emploi salarié résultent d’une mise en cohérence des informations issues de l’exploitation :
- des DADS (Déclarations Annuelles de Données Sociales) ; - des bordereaux récapitulatifs de cotisations de l’URSSAF (Union pour le recouvrement des cotisations de sécurité sociale et des allocations familiales) ; - des données de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) en complément des données des Urssaf pour les secteurs d’activité en lien avec l’agriculture (à compter des données relatives à l’exercice 2007) ; - du système d’information sur les agents de l’État.
Les données relatives à une année concernent les entreprises et des établissements ayant eu au moins un jour d’activité économique dans l’année considérée, qu’ils soient employeurs ou non.

Le nombre d’entreprises et d’établissements (le stock) fourni par CLAP au 31/12 d’une année (N) diffère du dénombrement au 01/01 de l’année suivante (N+1) réalisé à partir de la source « Répertoire national des entreprises et des établissements (REE-Sirene) » pour les trois raisons principales suivantes :

- Même si la date de référence ne diffère que d’un jour, le changement d’année introduit un nombre important de mouvements, principalement de créations d’entreprises ou de créations d’établissements.

- L’objectif de CLAP étant la localisation la plus précise possible des effectifs salariés, la définition des établissements et entreprises actifs retenue par CLAP est plus large que celle du répertoire des entreprises et des établissements ; par exemple, CLAP retient les syndics de copropriété, alors qu’ils sont écartés du champ du répertoire.

- Le champ couvert par CLAP est plus large que celui du répertoire. CLAP couvre le champ complet des entreprises et des établissements (hors intérim et défense) ; la source REE-SIRENE porte quant à elle sur un champ plus réduit, constitué des seules activités marchandes de l’industrie, de la construction, du commerce et des services.

Données régionales sur les unités légales Retour sommaire

Fiches régionales
L’objectif des fiches de synthèse régionales est de permettre de décrire le tissu productif régional et de livrer les principaux résultats des entreprises mono et quasi-mono régionales de la région à partir des sources ESANE pour les résultats comptables, CLAP pour l’affectation régionale. Ces fiches comportent les tableaux suivants :
Tableau 1. Analyse du tissu productif régional en 2013
Tableau 2. Chiffres clés des entreprises agroalimentaires régionales en 2013
Tableau 3. Chiffres clés des IAA et du commerce de gros par secteur d’activité au niveau groupe de la nomenclature d’activité en 2013
Tableau 4. Comparaison avec les autres régions - Chiffres d’affaires par secteur au niveau groupe de la NAF rev2 et par région en 2013
Tableau 5. Principaux résultats par taille des entreprises de l’industrie et du commerce de gros de produits agroalimentaires en 2013
Tableau 6. Ratios d’analyse de la performance économique des entreprises régionales en 2013
Tableau 7. Principales unités légales de la région en 2013

Fiches sectorielles sur les unités légales Retour sommaire
Pour chaque secteur d’activité au niveau groupe de la nomenclature d’activité :
- les grandes unités légales du secteur : listes des plus grandes unités légales, par l’importance du chiffre d’affaires et limitées à vingt. Elles sont diffusées par ordre alphabétique de leur raison sociale.

Les branches d’activité des unités légales Retour sommaire

Il s’agit d’un tableau unique donnant pour chaque groupe le montant du chiffre d’affaire total de la « branche » correspondant à la sous-classe.

Rappelons qu’un « secteur » S est formé de toutes les unités légales ayant l’activité principale S alors qu’une « branche d’activité B » décrit de façon conceptuelle une « activité » B, que celle-ci soit réalisée à titre principal ou à titre secondaire par des unités légales. Participent ainsi à une branche B toutes les unités légales qui fabriquent des produits (ou rendent des services) correspondant à la sous-classe B quelle que soit la part, même très faible, de ces produits (ou services) dans leur chiffre d’affaires. La disponibilité d’un produit correspond à la production de la branche et non à celle du secteur correspondant.

Les données publiées ici sont fondées sur des déclarations de chiffres d’affaires donc sur un concept de production vendue. Elles se distinguent donc du concept de branche en comptabilité nationale, plus complet, qui correspond au concept de production tout court et intègre donc diverses corrections dont en particulier une estimation de la variation des stocks.

Résultats sur les entreprises au sens du décret 2008-1354 Retour sommaire
La loi de Modernisation de l’économie (LME) de 2008 introduit une nouvelle définition de l’entreprise et de sa catégorie à partir de critères économiques, qui conduit à une meilleure vision du système productif. En approchant cette nouvelle définition par la notion de groupe, on dénombre en 2012, 35 209 entreprises dans les secteurs de la transformation et du commerce de gros de produits agroalimentaire dont 32 447 correspondent à une seule unité légale indépendante.

La nouvelle définition révèle un tissu productif la forte concentration du tissu productif. Sur ces 35 209 entreprises, 25 grandes entreprises (GE) emploient 148 300 salariés ETP (26 %). A l’opposé, 28 920 (82 %) sont des microentreprises qui emploient 36 500 salariés (6 %). Par-delà ce dualisme se dessine une partition équilibrée de l’emploi : 420 entreprises de taille intermédiaire (ETI) et 5 800 PME non microentreprises emploient 39 % et 29 % des salariés. 72 % des grandes entreprises et entreprises de taille intermédiaire (ETI-GE) sont des groupes français, contre 64 % dans l’industrie manufacturière.

Le secteur le plus concentré est celui des huiles et graisses : ETI et GE y emploient 90 % des salariés. Viennent ensuite celui des produits laitiers (85 %) et du travail du grain (76 %).

Principales caractéristiques du périmètre coopératif Retour sommaire
Une coopérative est une entreprise au sens de la LME à statut juridique particulier (coopérative, SICA ou union), que ces filiales soit de type coopératif ou non. En approchant la nouvelle définition de l’entreprise par la notion de groupe, on dénombre, en 2012, 137 800 salariés au 31 / 12 dans 1 804 entreprises coopératives françaises dans les secteurs de l’agriculture, de l’industrie et du commerce de gros de produits agroalimentaire, dont 110 000 (80 %) dans les 76 groupes coopératifs de plus de 250 salariés. 83 200 salariés (61 %) exercent dans des coopératives de transformation, 45 700 (33 %) dans le commerce de gros et 8 500 salariés (6 %) dans les secteurs agricoles.

Avec 129 900 salariés, les entreprises coopératives rassemblent 21 % des salariés de l’agroalimentaire (industrie et commerce de gros). Leur poids est très variables selon les secteurs s’activité. Il est important dans les secteurs marqués par des logiques d’ogranisation de l’approvisionnement et/ou des débouchés (marques, signes de qualité) : commerce de gros de produits agricoles et d’animaux bruts (67 %), transformation et conservation des poissons et crustacés (32 %), fabrication de produits de laitiers (30 %) aliments pour animaux (29 %), industrie de la viande (27 %)

Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt