Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt

Agreste

La statistique, l'évaluation et la prospective agricole

Accueil > Publications > Dossiers > Enquête Pratiques culturales 2011

Enquête Pratiques culturales 2011

Envoyer à un ami
Imprimer la page
s'abonner aux flux RSS
Agreste les Dossiers n° 21 - juillet 2014
Les enquêtes sur les pratiques culturales décrivent les interventions des exploitants agricoles sur leurs parcelles entre une récolte et la suivante : travail du sol, semences utilisées, engrais épandus et traitements phytosanitaires. Ces enquêtes permettent notamment d’évaluer l’évolution des pratiques agricoles susceptibles d’avoir un impact sur l’environnement. Elles portent sur les grandes cultures et prairies, la viticulture, les légumes et les vergers. Elles sont réalisées par le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et leurs résultats sont notamment utilisés dans le cadre du suivi de la Directive « nitrates » et du plan Ecophyto 2018.
Au sommaire de ce numéro :
 
  • Le contexte de la campagne 2010/2011
    Le calendrier des cultures
    Un printemps exceptionnellement sec et un été pluvieux
    Des cultures d’hiver pénalisées mais de très bons rendements pour celles de printemps
    Une faible pression des maladies
    Une forte pression des ravageurs hormis sur le maïs
    Une hausse des dépenses en engrais
    Légère augmentation du chiffre d’affaires des produits de protection des cultures
  • Les rotations des cultures
    Des céréales à paille dans 90 % des rotations
    10 % des rotations intègrent des légumineuses
    Plus de prairies et de légumineuses dans les rotations des cultures biologiques
    Maïs et prairie pour l’élevage
    Des rotations liées aux produtions régionales
    Un cinquième des surfaces de maïs en monoculture depuis 2006
  • La couverture des sols en hiver
    Un cinquième des superficies reste nu en hiver
    Des cultures intermédiaires plus fréquentes avant betterave et pomme de terre
    Des cultures intermédiaires à base de crucifères
    Un enfouissement superficiel des résidus du précédent pour 17 % des sol nus
  • Les interventions mécanisées
    11 interventions mécanisées sur une campagne
    Une combinaison semis-travail du sol sur la moitié des surfaces
    Pas de labour sur le tiers des surfaces
  • La fertilisation
    Fertilisation azotée exclusivement minérale pour 70 % des surfaces
    Le quart des surfaces reçoit de la fumure organique
    140 kg d’azote minéral par hectare en moyenne
    La fumure organique est presque toujours prise en compte pour calculer la dose d’azote minéral
    46 kg/ha d’azote minéral en moins pour les surfaces recevant également des effluents organiques
    Azote organique essentiellement d’origine bovine
    Une dose d’azote minéral fondée sur un raisonnement complet pour la moitié des surfaces
    Des apports fractionnés sur 85 % des surfaces exclusivement fertilisées par de l’azote minéral
    Modification de la dose totale d’azote minéral en cours de campagne sur un quart des surfaces
    La moitié des surfaces reçoivent une fertilisation phosphatée minérale
    Des apports de phosphate minéral de 56 kg/ha en moyenne
    Une fertilisation minérale potassique sur le tiers des surfaces
    4/5e des surfaces de colza reçoivent du soufre minéral
  • La protection des cultures
    Plus de 2/3 des quantités de phytosanitaires pour blé tendre, colza, orge et pomme de terre
    3,4 doses de référence à l’hectare en moyenne
    Un IFT plus élevé pour la pomme de terre du fait des fongicides
    La quasi-totalité des surfaces reçoivent de l’herbicide
    Désherbage mécanique sur 7 % des surfaces
    Des fongicides sur deux tiers des surfaces
    Des insecticides pulvérisés sur un tiers des surfaces et des molluscicides surtout sur les oléagineux
    93 % des surfaces implantées avec des semences traitées
    Des fongicides sur les semences de blé, orge, tournesol, pois et pomme de terre
    Des régulateurs de croissance sur plus d’un quart des surfaces, essentiellement pour le blé tendre et l’orge
    Un quart des surfaces traitées avec des pulvérisateurs de moins de cinq ans
  • L’irrigation
    Un dixième des surfaces irriguées, principalement pour le maïs
    Davantage d’irrigation dans les régions de maïs grain

Vous pouvez également télécharger la publication dans son intégralité

Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt