Dès février 2020, la crise du coronavirus en Chine pèse sur les prix des produits agricoles à la production

Annie Delort , SSP

Dès février 2020, les marchés mondiaux des produits agricoles reflètent les premières inquiétudes des acteurs des différents filières face aux menaces que fait peser le coronavirus sur la demande et les flux d’échanges mondiaux.

Paru le : 30/04/2020

Publications nationales

Conjoncture – Lettre

N° 2020-1

Dès février 2020, les marchés mondiaux des produits agricoles reflètent les premières inquiétudes des acteurs des différents filières face aux menaces que fait peser le coronavirus sur la demande et les flux d’échanges mondiaux. Pour la première fois depuis septembre 2019, les cours de l’ensemble des produits agricoles à la production se contractent en France en février sur un mois, tout en demeurant stables par rapport à 2019 et même supérieurs aux prix moyens 2015-2019.

Très dépendants des marchés mondiaux, les prix du porc et des céréales expliquent en grande partie ces évolutions. Les cours du lait restent fermes malgré un certain ralentissement de la demande chinoise en produits laitiers.

Dans le même temps, le coût des intrants demeure en baisse sur un mois et sur un an.

En mars, avec la mise en place du confinement en France, la demande, l’offre et les chaînes logistiques se réorganisent, avec difficulté parfois, comme dans la filière fruits et légumes, tandis que la demande augmente fortement pour certains biens jugés essentiels, en lien avec des comportements de stockage. Certains prix de fruits et légumes baissent fortement (fraises, asperges) tandis que d’autres, à l’inverse, augmentent (endives).