En 2020, le secteur des boissons est fortement touché par les effets de la crise sanitaire alors que globalement la production alimentaire résiste mieux

Florent Royer , SSP

En 2020, la crise sanitaire pèse sur la production en volume des industries alimentaires et boissons, hors tabac (IAA). Elle recule ainsi de 2,6 %, à un rythme plus important que lors de la crise de 2008, mais nettement plus faible que celui de l’industrie dans son ensemble (- 11,4 %). Cette baisse est en grande partie imputable au recul des fabrications de boissons, particulièrement pénalisées par les effets de la crise sanitaire, la production des industries alimentaires ayant diminué plus modérément. Les préparations à base de poisson et de produits de la pêche ainsi que les fabrications d’aliments pour animaux ont même augmenté. À la faveur de la crise, les dépenses de consommation alimentaire des ménages à domicile repartent à la hausse en volume (+ 3,4 %), après deux années de baisse. Sous l’effet de la forte baisse des exportations de boissons, le commerce extérieur des IAA se dégrade, s’établissant à son plus bas niveau depuis 2009. Le déficit des seules industries alimentaires est, lui, en réduction à la faveur d’une baisse plus importante des importations que des exportations. Dans un contexte de faible hausse des prix à la production, le chiffre d’affaires de l’ensemble des IAA recule.

Paru le : 09/06/2021

Publications nationales

Conjoncture – Synthèses

N° 372


Thèmes (1)
Plier/Déplier la boite
Productions agro-alimentaires
Années de référence (1)
Plier/Déplier la boite
2020
Niveau géographique (1)
Plier/Déplier la boite
France entière