Au sommaire

> Les comptes nationaux provisoires de l'agriculture en 2019

> Les comptes régionaux provisoires de l'agriculture en 2019

> Les concours publics à l'agriculture en 2019

> L'Euro alimentaire, ou que rémunèrent nos dépenses alimentaires ?

Annexe 1 : indice des fermages pour 2020

Annexe 2 : compte-rendu des débats

 

Dans ce rapport

Le compte de l’agriculture, dit « compte spécifique », présenté à la Commission des comptes de l’agriculture de la nation (CCAN), est établi par l’Insee selon les normes comptables européennes générales (Système européen des comptes ou SEC 2010) et selon la méthodologie spécifique des comptes de l’agriculture harmonisée au niveau européen.

Son établissement repose sur un suivi statistique agricole auquel participent le service de la Statistique et de la prospective (SSP) du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et de nombreux organismes intervenant dans la mise en oeuvre de la politique agricole. Les évaluations s’appuient sur les résultats de la Statistique agricole annuelle (SAA) et du Réseau d’information comptable agricole (RICA). Le champ du compte spécifique est plus large que celui des résultats du RICA présentés à la CCAN par le service de la Statistique et de la prospective (SSP). Ceux-ci ne couvrent pas notamment les petites exploitations, ni les entreprises de travaux agricoles (ETA) et les coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA).

Le compte spécifique de l’agriculture s’écarte du compte national sur les points suivants :

– les activités non agricoles non séparables des exploitations agricoles font partie du champ du compte spécifique mais pas du cadre central ;

– les établissements produisant des semences certifiées et les jardins familiaux ne font pas partie du compte spécifique, alors qu’ils sont couverts par le cadre central.

Le compte de l’agriculture présenté ici décrit les performances de l’agriculture en tant qu’activité économique. Est estimée notamment la valeur ajoutée, soit la richesse créée par cette activité. Augmentée de l’ensemble des subventions nettes des impôts au titre de son exercice, elle est appelée valeur ajoutée brute au coût des facteurs. Celle-ci peut aussi être exprimée nette de la dépréciation du capital. Ce résultat est alors appelé revenu des facteurs de la branche agricole, au sens où il vient rémunérer le travail et le capital mobilisés par cette activité économique. Il ne constitue pas une mesure du revenu disponible des ménages dont la personne de référence est agriculteur.

Ce compte définitif de l’agriculture pour 2019 a été établi sur la base des dernières données et informations disponibles.