En 2019, l’excédent agroalimentaire progresse mais les échanges avec l’Union européenne sont désormais déficitaires

Thibaut Champagnol , SSP

En 2019, l’excédent des échanges agricoles et agroalimentaires s’accroît pour la deuxième année consécutive (+ 1,1 Md€) pour s’établir à 7,9 Md€. Il repasse même au-dessus du niveau moyen des cinq dernières années. L’excédent en produits agricoles bruts gagne 0,4 Md€, principalement grâce aux exportations de céréales et à une hausse du prix moyen des pommes de terre expédiées. Les produits transformés contribuent plus fortement à la consolidation de l’excédent : + 0,7 Md€, soit plus des deux tiers de la hausse tous produits confondus, sous l’effet des ventes de vins et spiritueux. Les exportations et les importations avec l’UE représentent les deux tiers de l’ensemble des échanges agricoles et agroalimentaires ; leur contribution à l’excédent commercial est toutefois en net recul depuis 2009 avec un solde désormais négatif.

Paru le : 07/05/2020

Publications nationales

Conjoncture – Synthèses Commerce extérieur

N° 355

Thèmes (1)
Plier/Déplier la boite
Commerce extérieur
Années de référence (1)
Plier/Déplier la boite
2019
Niveau géographique (1)
Plier/Déplier la boite
France entière